Saint jean d’Alcapies

samedi 4 juillet 2015
par  Suzanne BARTHE

Commune de la région Midi-Pyrénées, dans le département de l’Aveyron,. St Jean d’Alcapies fait partie du canton et de l’agglomération urbaine de Saint-Affrique. Ses habitants étaient au nombre de 257 lors du recensement de 2011. St Jean d’Alcapies a une altitude minimum de 422 mètres pour un maximum de 689 mètres. Sa superficie est de 8,6 km²..

La commune de Saint Jean d’Alcapiès, dans laquelle se tiendra notre assemblée générale 2015, vient d’adhérer à notre cercle et nous remercions sa municipalité.
Saint jean d'Alcapies {JPEG}
Pour la sixième année consécutive, après Millau, Cornus, Ségur, St-Georges-de-Luzençon, et Saint-Léons, le Cercle Généalogique de l’Aveyron, aura le grand plaisir de vous présenter son étude sur les communes d’accueil de son Assemblée Générale et des 11èmes Journées Généalogiques de l’Aveyron…

Saint-Jean d’Alcapiès, Saint-Jean et Saint-Paul des femmes…. des hommes… et leurs racines…

C’est en effet une première puisque notre étude porte cette fois sur deux communes distinctes, mais qui « partagent l’eau » depuis plus de 30 ans… la première nous offre une structure d’accueil exceptionnelle, et la seconde des vestiges patrimoniaux incomparables….

Monsieur Jean DELMAS, bien connu de tous les adhérents de notre cercle, nous fait le grand plaisir d’assurer l’article rédactionnel concernant l’histoire de SAINT JEAN D’ALCAPIES.

Nous étudierons également dans cet ouvrages : les vestiges patrimoniaux de la commune, et de ses hameaux, ainsi qu’un certain nombre de généalogies (BAGES, CALVET, FOURNOL, de SOLAGES, TAILLEFER, etc…)

Grâce aux talents de l’éminent héraldiste Jacques POULET nous venons également d’établir le blason de la commune.

Blasonnement de St Jean d’Alcapiès

Blason de Saint jean d'Alcapies {PNG}
D’azur à l’agneau de lait accompagné de trois rocs d’échiquier, le tout d’argent.

Situé au cœur du Parc naturel régional des Grands Causses, Saint Jean d’Alcapiès est une petite commune idéalement située : à 5 min de Roquefort, 10 min de Saint-Affrique et 15 min du viaduc de Millau.

JPEG - 12.6 ko

JPEGLongtemps la vie du village a été rythmée au gré des saisons agricoles, l’élevage était l’activité économique dominante. Il y a une dizaine d’années, la municipalité a décidé de relancer le village. Cette volonté a porté ses fruits et de nombreuses "jeunes familles" ont fait le choix de s’installer dans cette commune participant ainsi à la rénovation du patrimoine bâti.

JPEG

Très sensibilisée par les problématiques environnementales et consciente de la responsabilité qui lui incombe pour les générations futures, la commune s’est engagée dans une procédure déterminante pour l’avenir, l’Agenda 21 (reconnu par le ministère de l’écologie et du développement durable). Ce programme engage la commune pour plusieurs années dans une politique de développement durable (alliant l’économie, le social et l’environnement). Saint Jean d’Alcapiès a été la plus petite commune a obtenir le Label Agenda 21. La commune a également obtenu le Label Village Terre d’Avenir

La construction d’Alcapia « maison communale pleine d’énergies »
s’inscrit naturellement dans la suite logique de cette politique environnementale affirmée et revendiquée. Cette réalisation est un modèle réussi de construction durable, parfaitement intégré dans un contexte environnemental exigeant. En démontrant qu’il est aujourd’hui possible de construire et de protéger l’environnement tout en apportant une qualité de service égale, voire supérieure..

C’est cette superbe structure qui accueillera notre assemblée générale de 2015 suivie des 11èmes JOURNEES GENEALOGIQUES DE L’AVEYRON. Pour ces journées, la commune toute proche de ST JEAN et ST PAUL sera associée à celle de SAINT JEAN D’ALCAPIES.. Retenez d’ores et déjà vos dates : 12 et 13 septembre 2015...

JPEG

Lieux-dits et écarts –

Dans notre étude seront présentés les vestiges patrimoniaux du bourg de St Jean d’Alcapiès, la maison Calvet, la maison Pomarède, etc.. mais aussi es vestiges du Château Bas (Château de St Jean) résidence de la famille de ROBAL.

Alcapiès, qui surplombe Saint-Jean d’Alcapiès, Mas d’Alzac, Mas de la Moulinerie, Le Moulin de Taillefer, Bages, Castel Crémat.

Les Mazes » est l’ensemble constitué par Le Mas de la Moulinerie et Le Mas d’Alzac. Le Mas d’Alzac était dans la paroisse Saint-Vincens, mais il arrivait que ses habitants aient recours au curé de Saint-Jean, comme ceux du moulin de Taillefer (ou de Saint-Jean). En 1804, ces deux hameaux demandèrent leur rattachement à Saint-Jean (AD 12, 2V 22).

CASTEL CREMAT

Construit au XVème siècle, le château d’Alzac était la résidence des seigneurs de St Jean d’Alcapiès. La seigneurie fut transmise des Rotbald aux Solages en 1473, lors du mariage de Blanche de ROTBALD, fille et héritière universelle de Bringuier de ROTBALD, avec Antoine de SOLAGES, écuyer, fils puîné de Noble Jean de SOLAGES. Puis la seigneurie passa par mariage aux Frayssinet-Valady et aux Izarn de Frayssinet. Les biens de cette famille furent dispersés le 7 octobre 1795 au titre de la vente des Biens Nationaux. Le château, qui avait été incendié dans la nuit du 14 au 15 Août 1656, prit à compter de cette date le nom de Castel Crémat.
Histoire et légende autour du château d’Alzac

Construction

Le château semble avoir été construit dans les années 1480. En effet, Castel Crémat n’a pas les caractéristiques d’un château-fort classique. C’était avant tout la résidence de nobles et non un bâtiment de protection.

Incendie du château

Dans la nuit du 14 au 15 Août 1656, le château d’ALZAC fut la proie des flammes. Un procès-verbal fut rédigé par Maître Jean GALTIER, conseiller du roi et juge à SAINT-AFFRIQUE concernant le « brûlement du château » au nom de « Dame Marguerite de Solages, veuve et héritière bénéficiaire de messire Olivier d’Izarn de Fraissinet, Dame seigneuresse de St Jean d’Alcapies et d’Alzac »(sic).

Les causes de cet incendie n’ont pas pu être déterminées, dans un premier temps. Mais la tradition rapporte les faits suivants : Madame de Solages avait une sœur, Marie, qui se fit religieuse à Nonenque ; mais, avant son entrée au couvent, un gentilhomme s’était épris d’elle. Elle l’aurait accepté comme époux, mais ses parents s’y opposèrent. Vainement, le jeune homme s’adressa à la famille pour faire sa demande en mariage. Toutes ses prières et ses supplications furent vaines. Le motif de l’empêchement n’est point connu. Mademoiselle de Solages, ne pouvant vaincre l’obstination de ses parents, entra comme religieuse à Nonenque.

Ce fut alors que le jeune gentilhomme épris d’elle chercha à se venger d’une manière indigne. Il arriva au château d’Alzac dans la soirée du 14 Août à l’heure de minuit. Tout le monde dormait. Il ouvrit une fenêtre au rez-de-chaussée de l’aile droite du château. On y avait adossé une balle de filasse qu’on faisait filer aux domestiques. Il y mit le feu qui se communiqua d’une manière effrayante à toute l’aile du manoir et sans secours, tout le château aurait brûlé. La vengeance du gentilhomme n’était pas encore satisfaite. Il se rendit de là, au galop de son cheval, au monastère de Nonenque et il y mit le feu. Une partie de ce bel édifice, dont la magnifique galerie, fut consumée.

Pour garder l’impunité de ces deux crimes, il avait fait disposer plusieurs chevaux sur sa route. Il se trouva ainsi le lendemain matin à Béziers et, sans les aveux qu’il fit plus tard sur son lit de mort, on n’aurait jamais connu le coupable.

Le château de Saint-Jean d’Alcapiès comporte d’intéressants vestiges : des caves voûtées à plein cintre, différentes chambres, dites du Seigneur, de la Seigneuresse , des Dames, des domestiques… salle à manger, salon, galetas, cuisine, prison, écuries du Seigneur, basse cour du château, grand escalier en colimaçon…


Dépouillements réalisésPériodes
Saint Jean d’Alcapies1649/1902

Portfolio

JPEG - 75 ko JPEG - 43.3 ko JPEG - 69.9 ko JPEG - 64.5 ko

Commentaires

Logo de Suzanne BARTHE
Saint jean d’Alcapies
mardi 10 mars 2015 à 15h46 - par  Suzanne BARTHE

Je vous remercie pour votre commentaire. Sachez que cet article de présentation ne comporte bien sûr pas l’ensemble de nos nombreux travaux de recherche qui eux apparaitront dans le livre en cours d’élaboration.
Sachez que nous vérifions une à une toutes les hypothèses historiques avant de les valider et de les publier. Nous nous devons d’être rigoureux.
Le blason des de Robald est bien connu des héraldistes puisqu’il apparait dans les documents anciens. Il a effectivement servi de base à l’établissement du nouveau blason de la commune.
Ce que vous avez appelé « le domaine d’Alcapiès » (bien qu’il soit situé à St Jean d’Alcapiès, et non à Alcapiès), figure dans le compoix de 1664 au titre de la « borie » c’est-à-dire la ferme du château, et en tant que « biens nobles » de Marguerite de SOLAGES, « Dame de St Jean » et « seigneuresse du dit lieu ».
Dans l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons dire que Blanche de ROBALD, que vous avez citée, vivait probablement au « château bas », aujourd’hui disparu, et dont les vestiges ont très vraisemblablement servi de « carrière » au cours des ans.
Il y avait aussi le « château haut » ou « château d’Alzac », appelé après 1656 CASTEL CREMAT (château brûlé).
Le linteau que vous avez découvert lors de vos rénovations semble selon toute vraisemblance avoir été « déplacé » au cours des ans par rapport à son origine. Nous pouvons si vous le souhaitez le faire confirmer.
Nous insistons sur le fait que toutes nos conclusions seront publiées dans le livre en préparation.

Sachez par ailleurs que nous mettrons prochainement en ligne un article concernant les hébergements possibles à St Jean d’Alcapiès et dans les environs et votre établissement sera bien sûr cité, avec un lien sur votre site si vous le souhaitez.

Bien amicalement

Suzanne BARTHE

Logo de PHELIPOT
Saint jean d’Alcapies
mercredi 4 mars 2015 à 15h38 - par  PHELIPOT

Bonjour,
Je viens de découvrir votre nouveau travail de recherches et le nouveau blason donné à Saint- jean d’Alcapiès qui est très intéressant.
Je trouve simplement dommage que vos recherches ne mettent pas en avant le domaine d’Alcapiès, qui est pourtant le lieu qui accueil encore les traces du passé par son blason d’origine encore visible sur notre linteau de porte (Demeure de blanche De Robald ).
Peut- être est -ce un oubli mais il me semblait logique de rappeler que des traces existe encore ,et surtout faire savoir à tous que ce travail de nouveau blason s’appuie sur des trésors de mémoire encore existant.
Ce blason d’origine que nous avons découvert il y a 9 ans , en rénovant cette vieille bâtisse ,nous a révélé sont trésor et permis de retracer le passé.
Il reste visible pour tout les amoureux du héraldique avec grand plaisir sur le domaine.
Domaine d’Alcapiès
merci de votre réponse

Logo de labouyrie benard denise
Saint jean d’Alcapies
jeudi 20 novembre 2014 à 16h28 - par  labouyrie benard denise

Message pour Suzanne Barthes

St Jean d’Alcapies .... Nous irons en 2015 à St Jean d’Alcapies ....
Bon courage pour la préparation et je suis bien loin pour vous aider ... alors je le fais moralement...

Amitiés à toutes et tous.
Denise
37600 LOCHES ....

Logo de Bernadette Messioux née Austruy-Solages
jeudi 13 août 2015 à 23h47 - par  Bernadette Messioux née Austruy-Solages

Inscrite aux rencontres de Septembre je viens de Tomber par hasard (et avec quel bonheur !!!) sur vos articles relatifs à ces jounées . :En effet ,je suis de par ma mère une " SOLAGES " famille de la Branche d’Alcapiès.
Je n’ai commencé la généalogie de ma famille que depuis assez peu de temps ,mais suis remontée assez haut.C’est donc avec beaucoup d’impatience que j’attends nos prochaines rencontres et d’avance je vous remercie du plaisir que je vais y trouver.B Messioux

Logo de Bernadette Messioux née Austruy-Solages
lundi 1er décembre 2014 à 12h22 - par  Suzanne BARTHE

Merci à Denise pour ses encouragements...
Si vous disposez de cartes postales anciennes sur SAINT JEAN d’ALCAPIES.... elles sont les bienvenues. Pa avance merci
Suzanne