Vabres l’Abbaye

vendredi 28 février 2014
par  Suzanne BARTHE

Commune de la région Midi-Pyrénées, dans le département de l’Aveyron, Vabres l’Abbaye fait partie du canton et de l’agglomération urbaine de Saint-Affrique. Les Vabrais et Vabraises étaient au nombre de 1143 lors du recensement de 2011. Vabres l’Abbaye a une altitude minimum de 299 mètres pour un maximum de 730mètres. Sa superficie est de 41,36km². Vabres-l’Abbaye est raversée par la rivière Dourdou, affluent du Tarn, tout près du confluent du Dourdou avec la Sorgues.

Blason de Vabres-l’Abbaye

PNG - 53.5 ko
Blason de Vabres l’Abbaye

D’azur, aux trois fleurs de lys d’argent

JPEG

Histoire

En 862, le Comte de Toulouse Raymond Ier donne ses terres de Vabres à une communauté de moines bénédictins qui fondent l’abbaye de Vabres.

Le diocèse de Vabres (en latin : Dioecesis Vabrensis) est un ancien diocèse dont le territoire s’étendait sur l’actuel département de l’Aveyron, au sud du Tarn. Ce diocèse est érigé en 1317 par le pape Jean XXII, en le détachant du diocèse de Rodez, jugé trop vaste. Le supérieur de l’abbaye bénédictine de Vabres (établie en 862) devint le premier évêque. Le siège épiscopal en était situé à Vabres-l’Abbaye ; il comprenait le territoire de 130 paroisses des Causses.

Pendant les guerres de religion, Vabres fut prise d’assaut par l’armée protestante menée par Jacques de Crussol d’Uzès en 1568 : les assaillants détruisirent la cathédrale, le palais épiscopal et la cité.

En 1568, des bandes armées calvinistes commandées par Jacques de Crussol d’Uzès (1540-1584), duc d’Uzès, prennent la cité d’assaut, pillent le monastère et la ville, rançonnent les habitants, brûlent toutes les archives, volent les trésors et les métaux précieux, puis détruisent la cathédrale, le Palais épiscopal, et incendient la ville.

Le diocèse fut supprimé après la Révolution et finalement réintégré au diocèse de Rodez, correspondant au département de l’Aveyron. L’évêque de Rodez prit les titre d’évêque de Rodez et Vabres.

Il subsiste l’ancienne cathédrale Saint-Sauveur-et-Saint-Pierre datant du XVIIIe siècle.

Lieux-dits et Ecarts

La commune comprend les lieux-dits du Bourguet, Balros, La Môle, Dourbie, Mas de Ferrières, Mas de Cadenet, Mas de Poumet, Le Montet, Le Rial, La Pise, Les Pascals, Bias le haut, Bias le bas, Rayssac, Broussette, Brousses, Le Mazet, Mas de Pause, La Saussière, Ségonzac, Mas de Bastide, Mas de Thuriès, Mas de Janis, Mas de Valat, Mas de Capus, Salvagnac, Sarradials, Le Pradinas, Rounac, Parrache, Mas Imbert, Les Aires, La Gariette, Le Bousquet, La Blaquière, Le Vivarlet, Salmanac, Le Miral, Mas de Rouget et Le Vivarlet, Salmanac, Le Miral, Mas de Rouget et Le Taillerou.


Dépouillements réalisésPériodes
BMS
Vabes l’Abbaye1646/1812
1831/1902
Rayssac1738/1873
Ségonzac1661/1829
Notaire
Contrôle1687/1769

Portfolio

JPEG - 17.9 ko JPEG - 25 ko JPEG - 58.6 ko

Commentaires