RECHERCHES GENEALOGIQUES en ALGERIE

dimanche 8 novembre 2015
par  Suzanne BARTHE

Nous tenons à communiquer ces importantes informations à nos adhérents et amis qui effectuent des recherches généalogiques sur l’Algérie

Les trois évêques d’Algérie (Alger, Oran et Constantine) ont dû rapatrier d’urgence toutes les archives de catholicité (baptêmes, confirmations, mariages, obsèques, etc. Des risques existaient quant à leur préservation.

Ces archives ont donc été rassemblées dans trois monastères de religieuses, près de Valence, Aix et Nîmes. Toute demande doit donc désormais être effectuée aux adresses suivantes :

1. Pour le diocèse d’Oran : Dominicaines de Taulignan, La Clarté Notre Dame, 26770 TAULIGNAN. Tél. 04 75 53 55 11. (archives de 1880 à nos jours)

2. Pour le diocèse de Constantine : Monastère des Clarisses, 16 avenue Paul Cézanne, 13090 AIX-EN-PROVENCE. Tél. 04 42 23 08 17

3. Pour le diocèse d’Alger : Monastère des Clarisses, 34 rue de Brunswick, 34000 NIMES. Tél. 04 66 26 66 76 (archives de 1842 à nos jours.

Nous profitons également pour vous rappeler le souvenir de notre ami Pierre BOYER… Voici le texte d’un article de M. Jean DELMAS, alors directeur des archives départementales de l’Aveyron. (Midi-Libre du 27 février 2008)


Hommage : Pierre BOYER, un savant aveyronnais.

Né à Camarès le 22 novembre 1918, Pierre Boyer a eu au service de l’histoire une brillante carrière. Son grand engagement devait se faire au service de l’histoire de l’Algérie.

Il était titulaire du brevet des Hautes études d’Afrique et d’Asie modernes. Après des débuts professionnels à la bibliothèque nationale de France, il fut nommé archiviste du département d’Alger.

Il sera plus tard conservateur en chef des archives de la région d’Alger. Il acquit là une exceptionnelle connaissance de l’histoire de cette partie de l’Afrique du Nord.

Au moment de l’indépendance, il eut la responsabilité du partage des archives entre ce qui concernait l’administration locale et ce qui relevait de la compétence du gouvernement français (1962).

Il prit ensuite la tête de la nouvelle direction des archives d’Outre-Mer établie à Aix-en-Provence, service dont il fut le véritable créateur. C’est là que furent rassemblées les archives administratives et ministérielles françaises concernant, l’Afrique, Madagascar et l’Asie.

Pierre Boyer, formé à l’école de la recherche historique, fut lui-même, un historien réputé de l’Algérie. Il fut rédacteur de la Revue africaine et cofondateur de la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée.

On lui doit une Vie quotidienne à Alger (sous le gouvernement Turc), une Evolution de l’Algérie médiane de 1830 à 1946 et de nombreux articles. Il était spécialiste de l’histoire des tribus sahariennes, spécialiste encore de la période française depuis 1830, tant du point de vue de la démographie, de la politique, des élections ou des relations administratives entre les français et les chefs arabes ou indigènes.

Mais Pierre Boyer n’oubliait pas l’Aveyron. Il revenait souvent dans sa maison de Camarès et se mêlait avec simplicité et bonhomie aux activités culturelles et historiques aveyronnaises.

Grâce à lui, le beau fonds Marty a été déposé en 1999 aux archives départementales de l’Aveyron.

Pierre Boyer était un vrai savant, riche d’un grand savoir et modeste, un ami cordial et chaleureux, passionnément attaché à son pays natal. Un arbre avec ses racines comme l’a rappelé un membre de sa famille lors de ses obsèques le 21 février dernier. (NDLR 2008)

Jean DELMAS


Nous remercions Maurice MIQUEL qui nous a transmis ces informations


Commentaires