Marie TALABOT Bienfaitrice de Saint-Geniez-d’Olt (1822-1889)

par le Cercle Généalogique de l’Aveyron
mercredi 14 février 2018
par  Suzanne BARTHE

Quel est le visiteur qui, arrivant à Saint-Geniez, n’a pas été intrigué par l’imposant monument qui domine la ville ? Il s’agit du monument funéraire de Marie TALABOT, née Marie-Anne Savy.

Petite fille d’origine modeste, Marie Anne SAVY est née sur les rives du Lot, dans une famille de sabotiers, du quatrième mariage d’un père déjà âgé.

Orpheline de mère à l’âge de cinq ans, elle sera placée en orphelinat puis, à Marseille, au service d’une famille bourgeoise. Sa beauté et sa vivacité d’esprit la conduiront à connaître un fabuleux destin.

En dépit de ses humbles origines, elle deviendra l’une des femmes les plus riches et les plus connues de la France du Second Empire.

En effet elle sera remarquée par Paulin TALABOT, ingénier polytechnicien fortuné, à l’origine de l’essor du chemin de fer en France et à l’étranger, fondateur du P.L.M ; Paulin TALABOT est également banquier et homme politique.

Grâce à sa rencontre et à son mariage avec Paulin TALABOT, la petite Marie-Anne devenue Marie TALABOT, franchit tous les obstacles sociaux et s’imposera dans la difficile société bourgeoise du XIXe siècle, société en pleine mutation économique, politique, sociale et industrielle.

Elle devient alors polyglotte, découvre les bonnes manières, l’art, la littérature. Le couple reçoit dans les salons de la rue de Rivoli à Paris, dans ceux de leur château du Roucas Blanc à Marseille tout ce que le Second Empire compte de personnalités importantes.

Tenant salon à Paris et à Marseille, aidant les artistes, Marie TALABOT a rencontré les plus grands personnages de l’époque : Napoléon III, Haussmann, Gambetta, Delacroix, Cézanne, Ingres, de Lesseps, Eiffel

Elle sera également une bienfaitrice de Saint-Geniez., dotant largement l’orphelinat, l’hospice et l’hôpital.

Devenue veuve, et à l’orée de sa vie, elle émettra le souhait de revenir sur sa terre natale.. Ses funérailles seront grandioses.

Nous présenterons ses origines et son histoire dans notre ouvrage sur Saint-Geniez-d’Olt-et-d’Aubrac, à paraître en septembre 2018.


Commentaires

A noter

Des femmes... des hommes... et leurs racines...

JPEG - 94.4 ko
« SAINT GENIEZ d’OLT et d’AUBRAC,
des femmes… des hommes… et leur racines… »

Retrouvez les publications de notre collection :

Des femmes... des hommes... et leurs racines...