Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.

3ème épisode - La famille BARTHE
dimanche 10 janvier 2021
par  Suzanne BARTHE

De la Cadénède-lez-Millau à Moscou et St-Pétersbourg... Emigration aveyronnaise et recherches généalogiques en Russie.

Notre propos n’est pas de présenter ici la généalogie exhaustive de la famille BARTHE, mais d’évoquer son passage au domaine de la Cadénède.

Jacques BARTHE, voit le jour au domaine de Cabrière, à Compeyre, le 16.08.1806. Fils de François BARTHE (1751-1827) et Marianne DUR (1771-1842). Jacques est le 5ème enfant d’une fratrie de huit . Il épousera, à Paulhe, le 07.02.1841, Angélique PAILHAS, issue d’une ancienne famille de Compeyre.

Le couple s’installe au domaine de La Cadénède en 1846. Jacques y décèdera le 22.10.1867. Il avait, la veille, dicté son testament en ces termes :

L’an 1867 et le 21 octobre à 7 heures du soir, par devant Me Régis Numa Félix Célestin Sabathier, notaire à la résidence de Millau, soussigné, en présence des témoins ci-après nommés

A comparu

Le sieur Jacques BARTHE, propriétaire et fermier, domicilié et demeurant à La Cadénède, commune de Millau.

Lequel étant malade de corps, mais jouissant néanmoins de toutes ses facultés intellectuelles ainsi qu’il est apparu à nous notaire et aux témoins par ses discours et entretiens et aussi par la manifestation précise de ses volontés, a dicté à nous notaire en présence des témoins soussignés son testament que nous notaire avons écrit au fur et à mesure qu’il nous l’a dicté, le tout comme suit

Je donne et lègue à Angélique PAILHAS, mon épouse, sans profession, domiciliée et demeurant avec moi au dit lieu de la Cadénède un quart en jouissance pendant toute sa vie de tous les biens meubles et biens immeubles que je laisserai et qui composeront ma succession à l’époque de mon décès, en quoi qu’ils consistent et puissent consister et dans quelque lieu qu’ils soient situés, sans aucune exception ni réserve pour et par ma dite épouse, faire et disposer de l’usufruit d’un quart de tous mes dits biens de suite après mon décès comme de son bien et choses propres et la dite pensant de fournir caution à raison de ce, mais à la charge de faire faire inventaire.

Enfin je donne et lègue à titre de préciput [1], avantage et hors part à Justin BARTHE, mon fils ainé, cultivateur, demeurant avec moi à la Cadénède, un autre quart en propriété de tous les biens meubles et biens immeubles qui composeront ma succession à l’époque de mon décès, sans aucune exception ni réserve : pour par mon dit fils aîné, faire, jouir et disposer d’un quart en propriété de tous mes dits biens de suite après mon décès comme son bien et chose propre.

Je révoque et annule tout précédent testament que je puis avoir fait voulant que celui ci soit le seul valable et exécuté après mon décès.

Le testament ayant achevé de dicter, il lui a été donné lecture du présent testament. Il a déclaré le bien comprendre et y persévérer, comme contenant exactement ses dernières volontés le tout en présence des témoins soussignés.

Dont acte

Fait et passé à la Cadénède dans la chambre de la maison d’habitation à côté de la cuisine sur une table placée au-devant du lit du testateur : en présence de Messieurs Alexandre RAYNAL, propriétaire, Joseph DELMAS aussi propriétaire, demeurant tous les deux à Soulobres, commune de Millau, Auguste POMMAREDE perruquier et Alexandre REFREGIER maréchal ferrant demeurant tous les deux à Millau tous les quatre français, majeurs, témoins requis et appelés aux vœux de la loi.

Lecture faite de nouveau du présent testament au testateur, en présence des témoins soussignés, le testateur requis de signer a dit ne le pouvoir à cause de la maladie qui le tient cloué dans son lit et de la grande faiblesse de son bras.

Les témoins ont signé avec nous notaire

Enregistré à Millau le 23 Novembre 1867.

Nous voyons que le fils ainé, Justin BARTHE était vraisemblablement considéré par son père comme son possible successeur dans l’exploitation du domaine de la Cadénède. Justin est alors âgé de 24 ans, au métier de cultivateur il préfèrera celui de gantier, métier très pratiqué à l’époque dans le millavois. Quand il épouse Dame Lucie MAURY (veuve d’Etienne COURTINES) en 1872 c’est cette qualification de gantier qui est stipulée dans l’acte de mariage ; il exerce ce métier depuis 5 ans, soit dès après le décès de son père Jacques. Le couple BARTHE x MAURY émigre à Moscou où naîtront leurs deux ainés en 1874 et 1876. Ils sont de retour à Millau lors de la naissance du troisième en 1879.

L’inventaire après décès de Jacques BARTHE établi le 04.12.1867, donne d’intéressantes indications tant sur la disposition du bâtiment que sur la composition du cheptel.

Ci contre la façade Est de La Cadénède. L’abbé Vivier indiquait que "la base de la bâtisse d’entrée de la Cadénède , des années 850-950 environ sans doute, semble bien être un vestige de la première maison en dur". "Ce bâtiment d’entrée, avec sa base plus ancienne, offre toutes les caractéristiques du domaine fortifié des années 1050-1150. La voûte y est présente. En bas absolument aucune ouverture si ce n’est la porte d’entrée que l’on barricadait solidement de l’intérieur. A l’étage deux seules petites ouvertures donnent le jour nécessaires, mais servent aussi en cas d’attaque de meurtrières aux défenseurs pour le service des archers. A l’étage supérieur, juste au dessus de la porte d’entrée, un machicoulis, sorte de balcon dont le fond présente des ouvertures qui permettent un tir plongeant des archers sur les attaquants du porche".

Au cours d’une visite dans les années 90 nous avons retrouvé un fer à marquer le bétail portant la lettre B. S’agissait-il du B des BARTHE  ? ou plus anciennement encore du B des BOYER ? Cf. épisode N° 2. http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1466

Au décès de Jacques BARTHE, Angélique PAILHAS devra "faire face", d’aucun diront qu’elle ne fut pas une gestionnaire particulièrement avisée. La succession ne fut réglée qu’en 1880 .

Angélique PAILHAS était née à Paulhe (Juridiction de Compeyre) le 11.07.1818. Elle avait donc 49 ans au décès de son époux et des enfants mineurs à charge. Les aînés avaient embrassé le métier de gantiers, et avaient émigré vers la Russie. Seul le cadet, Clément, âgé de 14 ans au décès de son père, demeurera à la Cadénède en tant qu’exploitant.

Angélique PAILHAS décèdera le 12.02.1891, Rue Haute à Millau.

De l’union de Jacques BARTHE et Angélique PAILHAS étaient nés neuf enfants, les trois premiers au domaine de la Garde, à Compeyre et les six derniers au domaine de la Cadénède  :

  • Angélique Joséphine BARTHE, °10.01.1842 au domaine de la Garde à Compeyre, décèdera à Millau le 31.05.1905. Elle avait épousé le 26.07.1865 Jean Pierre DUR de St-Léons qui travaillait dans l’industrie du cuir. Le couple s’était installé à Millau, où naîtront :


    - Charles Henri DUR (1862-1943) x Jeanne Clémence BRICE (1872-1960) sans postérité.
    - Maria Joséphine DUR° 1867 x 02.01.1891 à Millau avec Célestin Marius NOUGUIER, d’où une fille Jeanne Gabrielle NOUGUIER (1894-1980)
    - Elmie Louise DUR (1871-1930) , célibataire, sp.
    - Léontine Augusta DUR (1872-1960) qui épousera son cousin Raoul BARTHE le 06.11.1907 à Millau (Cf plus bas).
    - Elise Gabrielle DUR (1878-1941), célibataire, sp.

Ci-dessus
photographies des époux
Angélique Joséphine BARTHE
et Jean Pierre DUR (DHUR) à Millau en 1896.

Ci-contre,
à gauche
mariage de Charles Henri DUR et Clémence BRICE
à droite
photographie des "filles DUR" :
Augusta, Elmie et Gabrielle.

  • Jacques Justin BARTHE , °21.05.1843 au domaine de la Garde à Compeyre, il décèdera à Millau le 20.04.1916. En 1867, au décès de son père, il est qualifié de cultivateur, fonction qu’il exerçait alors à La Cadénède. En fait, il optera bien vite pour le métier de gantier, à Millau d’abord, puis à Moscou.

Justin BARTHE et Lucie MAURY, photographies prises à Moscou en 1875

Jacques Justin BARTHE avait épousé le 07.06.1872 Lucie Marie Louise MAURY, fille de Pierre MAURY, Chevalier de la Légion d’Honneur et de Batilde VERNHET. De leur union naîtront quatre enfants, les deux premiers à Moscou, les deux derniers à Millau.

- Mathilde Julie BARTHE (°30.09.1874 à Moscou. Elle décèdera le 12.06.1949 à Montjau). Elle avait épousé, à Millau, le 24.07.1897 Louis CALVET, d’où Yvonne Yolande Tatienne CALVET (1910-1980) - Célibataire, sp.

- Justin Lucien Victor BARTHE (°23.06.1876 à Moscou - dcd 22.03.1952 à Millau). Il avait épousé Julie Louise LAURENS le 14.10.1905 à Millau. D’où : Annette BARTHE (1906-2006) et Jeanne BARTHE (1908-2007).

- Raoul Joseph Pierre BARTHE voit le jour le 29.09.1879, rue Sarret à Millau.
Il épouse le 06.11.1907, à Millau ,sa cousine Augusta DUR, d’où un fils Serge BARTHE (1908-1997).

Raoul BARTHE prendra, à St Pétersbourg la suite de la ganterie montée par sa tante Julie BARTHE et son époux José RAFAS. La boutique était située au 66 de la Perspektiv Newski.

A gauche la boutique (signalée par une croix) et à droite Serge BARTHE à St Pétersbourg.

A l’aube de la Grande Guerre Raoul fut appelé sous les drapeaux et servit en tant qu’interprète (franco-russe) sous divers cieux. Les hostilités terminées il retrouva Millau et son métier de gantier. Son épouse Augusta, son fils Serge et sa belle sœur Gabrielle ne rentrèrent de Russie qu’n 1918 après bien des péripéties.

Après une vie bien remplie, Raoul BARTHE décèdera le 01.03.1962 à Millau.

- Eugène Emile BARTHE (1881-1910) X 09.11.1906 avec Marie Catherine Lucie DELMAS Sans postérité.

  • Joseph Jules BARTHE (°28.10.1844 au domaine de la Garde à Compeyre). Ce troisième fils du couple Jacques BARTHE x Angélique PAILHAS sera semble-il le premier à émigrer vers la Russie où il exercera le métier de gantier. [2] Jules habite Moscou dès 1867. C’est la seule branche qui s’installera durablement en Russie, s’alliant soit à des russes soit à des membres de la communauté française. Jules épousera Alexandrina SERGUEVA ZOUEN, d’où (d’après les correspondances familiales) : Alexandre, Julie Angélique et Anna. Cf. Famille de Jules BARTHE, à Moscou en 1888.

    Nous avons effectué de longues recherches, auprès des consulats pour retrouver des membres de cette branche .

    Nous aimerions tout particulièrement savoir ce qu’il est advenu d’Alexandre BARTHE , né à Moscou vers 1880.
    Selon la tradition familiale, il vint « faire son service militaire en France », très probablement au début du XXe siècle. Dans quelle arme ? Ci-contre son portrait. Nous voyons que la photographie fut prise à Lyon et en observant l’uniforme nous sommes tentés de penser qu’il était cavalier au 7ème dragon.
    A-t-il eut de la descendance ? Si oui, en Russie ? en France ? Le mystère demeure entier.

Nous avons retrouvé la trace de l’une de ses sœurs :

Julie Angélique BARTHE voit le jour à Moscou le 16.05.1883. Elle est déclarée "disparue" lors du mariage de son fils en 1930. Selon les sources familiales, nous la pensons décédée à Moscou le 24.12.1914. Elle avait épousé le 5 juin 1903, toujours à Moscou, un membre de la communauté française (originaire du Cantal) Jean CHANSON (°1879 - dcd après1930) dont :

- Rose Julie CHANSON °12.05.1904 à Moscou, mariée le 16 février 1929, à Paris IIe, avec Ivan DOLGUY (°1900) dont Pierre Jean Marcel DOLGUY (°1929). En 1929 la famille CHANSON est domiciliée 4 rue Vivienne 75002 Paris. Jean CHANSON, représentant de commerce, est présent au mariage de sa fille.

- Marcel Alexandre Justin CHANSON °25.11.1905 ; décédé le 06.04.1970 à Paris 75010, qui avait épousé en premières noces le 21 janvier 1930, à Paris 75017, Marguerite Jeanne GUILLEMOTO (1886-1960), puis en secondes noces, le 16.07.1963, Elisabeth Françoise SAVARIAU (1916-1969). Marcel Alexandre Justin CHANSON était "employé de banque" en 1929 lorsqu’il est témoin au mariage de sa sœur Rose Julie.

Nous avons dans les archives familiales les deux photographies ci-contre (celle de gauche est datée d’Avril 1908) , correspondent elles à Rose Julie et à Marcel Alexandre Justin ? Les dates semblent cohérentes. La photographie de droite est plus tardive.

Nous formons le secret espoir qu’à l’occasion du présent article des descendants de cette branche se manifestent.

  • Antoine Victorin Benjamin BARTHE (°12.01.1847 au domaine de la Cadénède et décédé le 10.08.1905 à Millau). Il effectuera lui aussi un séjour en Russie, il est en 1875 à Moscou, témoin de la naissance de sa nièce Mathilde Julie, il est gantier. Il épousera, à Millau, le 08.11.1878, Victorine Julie SOLAGES. D’où : Victorin Clément Joseph (1879-1879), Victorine Julie (1881-1960), Louise (°1884). Ils occuperont la maison du boulevard de la Capelle.
  • Marie Virginie BARTHE, née le 22.06.1848 au domaine de la Cadénède. Elle épousera Pierre Justin Marius BLANC de St-Beauzely, le 09.08.1881. D’où : Justin Clément Marius BLANC, dit "Blancou"qui épousera Paule PONS, et aura deux enfants (Colette et Georges). Blancou décèdera à Gourdon le 24.08.1964.
  • Constance Joséphine BARTHE née le 08.01, et décédé le 25.01.1850 au domaine de la Cadénède.
  • Julie Rosine BARTHE née le 15.05.1852 au domaine de la Cadénède, elle décèdera à Bois Colombes (Hauts de Seine) le 03.12.1922.

Elle avait épousé un négociant d’origine espagnole, M. José RAFAS. Ils vivront à St-Pétersbourg où ils avaient créé une ganterie, dont le magasin était situé au 66 de la Perspektive Newski [3].

Ils étaient qualifiées de "Fournisseurs du Tsar". Ils n’eurent qu’un fils unique, Jean décédé jeune. Disposant de moyens considérables, ils faisaient semble-t-il de nombreux séjours en France, notamment sur la Côte d’Azur. Ils cédèrent leur affaire à leur nièce Gabrielle DUR (qui les avait rejoint à St-Petersbourg dès la fin du XIXe et à leurs neveux Raoul BARTHE x Augusta DUR (qui les avaient rejoints vers 1908) Cf. plus haut.

  • Henri Clément BARTHE voit le jour au domaine de la Cadénède le 29.12.1853, il y décèdera le 12.101909. Il avait épousé le 11.04.1883, Flavie PUEL, dont il aura 7 enfants, tous nés au domaine de la Cadénède  :
    - Berthe BARTHE (1884-1976),
    - Louise BARTHE (1885-1975),
    - Clément BARTHE (188-1968), Grainetier à Millau. Célibataire, sans postérité.
    - Flavie Marie BARTHE , °14.11.1888 à la Cadénède, Elle décèdera à Millau le 22.04.1986). Elle avait épousé, à Alger, le 11.03.1911 Justin François Jules VIDAL, d’où Juliette Clémence Flavie VIDAL, née le 14.10.1911 à Alger. Juliette décèdera le 15.06.2006 à Millau, après avoir consacré toute sa vie à l’enseignement.
    - Marthe BARTHE (1890-1890),
    - Louis BARTHE (1898-1898)
    - Georges BARTHE (1900-1900).

Voir ci-dessous les moissons à la Cadénde sous la houlette de Clément BARTHE grand père de Juliette VIDAL.

  • Marie Félicie BARTHE , née au domaine de la Cadénède Décès déclaré le 23.09.1859 (enfant âgée de 3 mois.

Comme nous avons pu le voir, les descendants de la famille BARTHE de la Cadénède avaient l’âme voyageuse !!!

Nous vous donnons rendez-vous le mois prochain pour la suite de l’épopée de la Cadénède...

Voir aussi http:
1er épisode : //www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1465
2ème épisode : //www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1466

Sources :
- Archives familiales de Suzanne et Lucien BARTHE


[1NDLR : Sous le régime du droit d’aînesse, le préciput permet de donner un avantage à l’aîné sur ses puînés. Avantage consistant pour un héritier qui bénéficie d’un legs de retenir le bien légué en plus de sa part, sans le faire réintégrer dans l’assiette successorale lors du partage de la succession (article 843 du code civil).

[2Nous reviendrons dans un prochain article sur l’histoire des gantiers ayant émigré en Russie.

[3Rue principale de St Petersbourg, longue de 4, 5 kilomètres



Portfolio

JPEG - 682.4 ko

Commentaires

Logo de Suzanne BARTHE
Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.
mardi 23 février 2021 à 09h10 - par  Suzanne BARTHE

Merci Denis pour votre commentaire
Pourquoi ne pas rejoindre notre cercle ?
Magali vous donnera tous les renseignements nécessaires
Généalogiquement vôtre
Suzanne BARTHE

Logo de Suzanne BARTHE
Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.
mardi 23 février 2021 à 09h07 - par  Suzanne BARTHE

Parfait inconnu, je suis tombé par hasard sur votre site. Né à Millau, j’ai cliqué sur "Le domaine de la Cadénède au XIXème siècle". Ancien dragon, j’ai tout de suite reconnu sur la photo d’Alexandre Barthe, l’uniforme du 10ème régiment de cuirassiers, effectivement stationné à Lyon de 1879 à 1914. Par ailleurs le 7ème régiment de Dragons était à cette époque casernés à Lille, et les dragons n’ont jamais porté de cuirasse.

Rien de généalogique, donc ! Et toujours hors sujet, mais que je trouve étonnant : j’ai lu dans un inventaire notarié du XIXème que ma famille possédait des oliviers à Millau. Peut-être une remise en question du réchauffement climatique.

Merci au cercle tout entier, et mes respects, Madame la secrétaire.

Denis.

Logo de Py Coralie
Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle. Les exilés de St Petersbourg
lundi 1er février 2021 à 16h54 - par  Py Coralie

Bonjour Mme BARTHE,
Je lis avec intérêt vos articles sur la Cadénède et son évolution à travers les temps, étant originaire de Soulobres tout proche... J’ai noté en particulier que les BARTHE étaient gantiers du tsar à St Pétersbourg et vraisemblablement contemporains de Jean-Baptiste VEZINHET qui y tenait également une ganterie au début des années 1900. Cette aventure russe est des plus passionnante et certains de mes cousins ont retracé quelques éléments concernant la famille VEZINHET avec quelques photos à l’appui retrouvées chez un cousin très éloigné. Seriez-vous intéressée par ces quelques éléments, et pourquoi pas envisager une publication sur nos ancêtres saint-pétersbourgeois ?
Dans l’attente d’une nouvelle publication,
Cordialement

Logo de Py Coralie
mercredi 3 février 2021 à 16h00 - par  Suzanne BARTHE

Grand merci pour l’intérêt que vous portez à nos articles. Pour information, au mois de mars nous mettrons en ligne un article sur les gantiers de Millau ayant émigré à Moscou et à St Pétersbourg.
Nous pourrons alors poursuivre nos échanges et pourrons éventuellement illustrer notre propos avec vos photographies.

A très bientôt
SB

Logo de Maury Bernard
Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.
samedi 23 janvier 2021 à 10h44 - par  Maury Bernard

Rebonjour, est-ce Pierre Maury né le 29 octobre 1811, incorporé au 66ème Régiment de Ligne. Nommé chevalier de la LH le 30 avril 1836 et décédé le 11 janvier 1898. ? Bernard Maury.

Logo de Maury Bernard
samedi 23 janvier 2021 à 15h49 - par  Suzanne BARTHE

Bonjour Bernard

Effectivement il s’agit bien de notre ancêtre Pierre MAURY (sosa 18), né le 29.101.1811 à Millau, où il décèdera le 11.01.1892. Son caveau est au cimetière de l’Egalité, dans l’allée des « chapelles » tout proche de la chapelle de la famille VILA.

Pierre MAURY, Sergent de voltigeurs, fit les campagnes d’Afrique, de 1832 à 1836. Le 26 Juin 1835, dans l’affaire de la Makta, près d’Arsew, il reçut douze blessures, dont « deux coups de feu et dix coups de yatagan ». Il fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur le 30 Avril suivant. Nous avons la grande chance de posséder son sabre que nous conservons précieusement.

Pierre MAURY traversa pratiquement l’ensemble du XIXème, ce siècle si riche en rebondissements historiques. Nous reprenons ci-dessous les différents Monarques et Président de la France durant la vie de Pierre.

Premier Empire (1804-1814) -
Pierre MAURY naquit sous NAPOLEON 1er Premier Consul depuis 1799, consul à vie depuis 1802, devenu empereur des Français par la Constitution du 18 Mai 1804, approuvée par plébiscite le 6 Novembre. Sacré à Notre-Dame de Paris le 2 Décembre. Déchu par le Sénat le 3 Avril 1814 abdique sans condition le 6.

Première Restauration - (1814-1815) -
Louis XVIII (Bourbons) - Auto-proclamé roi dès la mort de son neveu Louis XVII, le 8 Juin 1785, ne le devient effectivement que le 6 Avril 1814, après l’abdication de Napoléon. S’enfuit de Paris dans la nuit du 20 Mars 1815.

Premier Empire - Cent Jours (1815) -
Napoléon 1er Bonaparte regagne les Tuileries le 20 Mars, peu après la fuite de Louis XVIII. Vaincu à Waterloo le 18 juin, abdique le 22 en faveur de son fils.
Napoléon II (né le 20 Mars 1811 - dcd le 22 Juillet 1832)
Son père ayant abdiqué en sa faveur, Napoléon II, âgé de quatre ans et résidant à Vienne, fut considéré par les bonapartistes comme ayant été le souverain légitime de la france durant quinze jours, entre le 22 Juin et le 7 Juillet, avant la seconde restauration de Louis XVIII.

Seconde Restauration -
• Louis XVIII (1815-1824). Rappelé par le Gouvernement Provisoire le 22 Juin, date de la seconde abdication de Napoléon, il rentre à Paris le 8 Juillet.
• Charles X (né le 9.10.1757 & le décédé 6.11.1836) - Devient roi de France à la mort de son frère Louis XVIII, le 16 Septembre 1824. Est sacré à Reims le 29 Mai 1825. Doit abdiquer suite aux Trois Glorieuses le 2 Août 1830.

Monarchie de Juillet -
Louis-Philippe 1er - Le Roi Citoyen (° 6.10.1773 - + 26 Août 1850)
Après la révolution de Juillet 1830, Louis Philippe est proclamé Roi des Français le 9 Aout. Incapable de contenir la Révolution qui éclate en février 1848, il abdique le 24 Février en faveur de son petit-fils Philippes d’Orléans, que l’Assemblée refuse de reconnaître, proclamant la Seconde République.

Seconde République (1848-1852) -
Louis-Napoléon Bonaparte

Second Empire (1852-1870) -
Elu président de la Seconde République en 1848, Napoléon III (°20 Avril 1808 - + 9 Janvier 1873), mène le coup d’Etat du 2 Décembre 1852, devenant Empereur des Français, vaincu à Sedan, il est fait prisonnier le 2 Septembre 1870, la Troisième République est proclamée deux jours plus tard.

Troisième République -
• Adolphe Thiers (1797-1877), républicain modéré préside la France de 1871 à 1873.
• Patrice de Mac-Mahon (1808-1893), Monarchiste préside la France de 1873 à 1879.
• Jules Grévy (1807-1891) Républicain modéré préside la France de 1879 à 1887.

Le 24.01.1844, Pierre MAURY avait épousé, à Millau, Baltide VERNHET (1821-1916), fille de Laurent VERNHET et de Françoise Rosalie BENOIT.
Pierre MAURY s’éteindra à Millau, Rue de la Capelle, le 11 Janvier 1892, sous la présidence de Sadi Carnot (1807-1894), Gauche Républicaine qui présida la France de 1887 à 1894.

Logo de Maury Bernard
Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.
samedi 23 janvier 2021 à 10h25 - par  Maury Bernard

Je pense qu’Alexandre appartient plutôt au 10ème Régiment de Cuirassiers stationné à Lyon (forme et accessoires du casque, cuirasse, n° 10 inscrit sur le col). Bernard Maury.

Logo de Maury Bernard
samedi 23 janvier 2021 à 16h20 - par  Suzanne BARTHE

Veuillez lire 10ème régiment de CUIRASSES...

Logo de Suzanne BARTHE
samedi 23 janvier 2021 à 15h54 - par  Suzanne BARTHE

Grand merci Bernard.

Vous avez tout à fait raison, Alexandre BARTHE faisait bien partie du 10ème régiment de dragons basé à Lyon.

Si vous avez d’autres informations, nous sommes bien évidemment très intéressés

SB

Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.
mardi 19 janvier 2021 à 12h02

Bonjour,

Je lis avec un grand intérêt vos articles sur la Cadénède.

Je me permets de vous contacter car j’ai un ancêtre Guillaume DELMAS qui épouse en 1676 Marie FIGAIROLLES de la ferme de la Cadénède à Veyreau. Auriez-vous des informations à ce sujet ?

Les DELMAS sont les ancêtres directs de ma grand-mère Marie DELMAS, épouse GAUTAREL, tous 2 nés en 1899 à Lanuéjols.

Un DELMAS apparaît dans vos recherches, aurait-il un lien avec les miens ?

Au plaisir de vous lire.

Cordialement,

Gérard Picotin

mardi 19 janvier 2021 à 12h10 - par  Suzanne BARTHE

Bonjour

Merci d’avoir apprécié les articles...

La Cadenède que vous évoquez est différente de la Cadénède-lez-Millau que nous avons présentée.

Par contre, d’autres membres de notre cercle se sont probablement penchés sur les familles dont vous parlez et nous les invitons à présenter leurs découvertes.

Bonnes recherches sur nos bases

Le Domaine de La Cadénède au XIXe siècle.
mardi 19 janvier 2021 à 10h38

bonsoir,

j’ai été particulièrement intéressée par le 3e article sur la Cadénède : l’une des personnes citée, Julie Louise LAURENS épouse de Justin Lucien Victor BARTHE est une cousine germaine de mon grand père maternel ; j’ai appris beaucoup de choses concernant la famille de son mari ; merci pour cette série d’articles.

je continue les transcriptions de Mostuéjouls ci joint 1871 et 1872.

cordialement
Myriam Cassan