La FAGEOLE de CORNUS - 5ème épisode - FAMILLE PEYTAVY

Par Monique BRUNEL et Suzanne BARTHE avec la collaboration de Jacques ASTOR et Jean DELMAS
jeudi 13 janvier 2022
par  Suzanne BARTHE

Nous poursuivons ici le feuilleton sur les familles de LA FAGEOLE DE CORNUS, avec étude du patronyme PEYTAVI et généalogie simplifiée de cette famille à LA FAGEOLLE. Qu’il nous soit permis, une fois encore, de remercier M. Jacques ASTOR et M. Jean DELMAS pour leur collaboration toujours si appréciée par nos lecteurs. Dans cet épisode nous présentons une analyse annotée du testament de Jean Peytavy (1614). Ce document réserve, comme les précédents, des détails dignes d’intérêt comme, entre autres, le fait que le village de la Fajolle était considéré en 1614 comme un " lieu solitaire" et quasi inhabité. (NDLR : à notre connaissance deux familles y résidaient, les MAURY et les PEYTAVY).

Etymologie du patronyme Peytavy

Le Poitou, exportateur traditionnel d’ânes et de mulets en Auvergne, Languedoc et Gascogne, est amplement représenté dans les noms de familles méridionaux sous les formes PEYTAVIN, PÉTAVIN, PEYTAVI, PEYTAVY et PÉTAVI de phonétisme occitan.

Ce nom représente la racine Pictavinu signifiant littéralement « du pays de la tribu gauloise des Pictaves ».

Ce phonétisme répondant au français POITEVIN, montre l’ancienneté de l’assimilation de ces ressortissants poitevins par la culture méridionale.

On met traditionnellement en avant l’activité commerciale des Poitevins, mais d’autres contextes ont pu présider à l’attribution de ce nom à l’individu.

PEYTAVIN est la forme la plus répandue. Elle a la Lozère, le Gard, les Bouches-du-Rhône et l’Hérault pour départements de référence. Viennent ensuite le Vaucluse et l’Aveyron. Dans ce dernier département, les foyers de fréquence se distribuent entre, d’une part, Rodez, Bozouls, Saint-Laurent-d’Olt et Decazeville, et, d’autre part, au sud, Millau, Nant, Saint-Jean-et-Saint-Paul.

PEYTAVI est moitié moins répandu (445 naissances au siècle dernier (1891-1990) pour 948). Il est assez connu dans les Pyrénées-Orientales, l’Hérault et l’Aude, et est rarissime dans l’Aveyron où il est représenté à dose homéopathique dans le sud du département (Millau…).

On note enfin la présence dans le Sud-Aveyron de la forme PEYTAVY (avec y final pour -in, comme pour Maury et Mouly). Cette variante, la moins répandue (235 naissances), a l’Aude, l’Hérault, les Pyrénées-Orientales et l’Aveyron pour départements de référence. Dans le Sud-Aveyron, Sainte-Eulalie-de-Cernon, Cornus, Roquefort-sur-Soulzon et Millau en sont les foyers de fréquence . (Jacques ASTOR)

Généalogie simplifiée des PEYTAVY de LA FAGEOLE

I. Antoine PEYTAVY, des Liquisses (Nant) , fils de Jean, épouse en 1499 Catherine MAURINE (MAURY), du mas de la Fajole, fille de Jean.

Catherine MAURINE, veuve, teste le 11.11.1554. (AD12 3E 18979 f° 178 Me Pierre de BANIS, notaire de Cornus). Héritier : Pierre PEYTAVY son fils.
Voir notre épisode N°3.http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1522

II. Pierre PEYTAVY, laboureur, marié

- En premières noces avec une personne dont nous ignorons l’identité, mais avec qui il eut les enfants cités au testament présenté dans l’épisode précédent
http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1517

- Et en secondes noces avec Hélips ROUQUETTE, fille de Guilhem.

Pierre teste le 13.07.1567 (AD 12 3E 18985 f° 213, Me Jean FABRY notaire de Cornus). Héritier : André PEYTAVY, son fils. Nous avons étudié le testament de Pierre Peytavi, laboureur du village de la Fajolle (13 juillet 1567) AD Aveyron 3 E 18985 (Jean Fabri, notaire de Cornus), fol. 213-216 vo, dans notre épisode N° 4 http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1517

III. André PEYTAVY, laboureur, marié avec Florette DELRANC , fille de Jean, meunier du château de Cornus. [1] André est décédé avant le 13.08.1597.

IV. Jean PEYTAVY, laboureur, marié par CM du 13.07.1603 (AD12 3E 18992 f° 183 Me Jean FABRY notaire de Cornus) avec Alarye (alias Marie) ROMIGUIERE, fille de Jehan et de Marguerite BARASCUD.
D’où :

  • Jean qui suit,
  • Guilhaumette, mariée par pacte de mariage du 17.04.1639, [2] avec Guillaume BOYER de Neffiès (Hérault) fils de Georges et de Catherine ANNIADE.

Jean teste le 14.10.1614 (AD12 3E 18994 f° 441 Me FABRY notaire de Cornus). Héritier : Jean PEYTAVY son fils.

Testament de Jean PEYTAVY du 14.10.1614

- Analyse de Jean DELMAS

« Testament faict par Jehan Peytavy, laboureur du village de la Fajolle »

AD Aveyron 3 E 18 994, fol. 445 vo– 450.
1614, 4 octobre, La Fajolle.

Jehan Peytavy, laboureur, « gisant dans son lict, de maladye corporelle », mais étant dans son bon sens et ayant une parfaite mémoire. Il fait son testament pour éviter les procès entre ses enfants, parents et successeurs.

Il fait le signe de la croix et « a recommandé son corpz et âme à Dieu le Père tout puyssant, le pryant, au nom de nostre seul sauveur et rédempteur Jésus - Chrispt [3], luy pardonner toutes ses faultes et péchés qu’il a par trop et à son grand regret commis et perpétrés sa vye durand en ce misérable monde... » Sépulture au cimetière de l’église de Cornus.

Legs

  • 1- Au vicaire de Cornus, qui sera présent à sa sépulture, sa neuvaine et son bout d’an « pour son obit, chacune des troys foys 5 soulz tournois » et au clerc portant la croix, chacune des trois fois, 2 sous 3 deniers, « sans aulcune reffection  [4] ».
  • 2- « en l’honneur de Dieu et pour charitté… aulx pauvres de Jésus-Xpt » de la paroisse 2 cartes mixteure, mesure de Cornus, distribuable au bout d’an par Flours Del Ranc, sa mère, ou, à son défaut, par Alarye [5] Romiguière, sa femme.
  • 3-A Guilhaumette Peytavine sa fille 60 livres t., « deux robbes drap de meison de ce pays, une flessade et deux linceulx aussy du présent pays », payables, la moitié de la somme et le reste, le jour de son mariage « ou quand sera en aage de discrétion  » [6]et les 30 livres restantes sept ans après, à raison de 4 livres 5 sous 9 deniers par an.
  • 4- A ladicte Romiguière, sa femme, outre « l’agencement et augment dotal  ». [7]. qui lui ont été donné lors de leur contrat de mariage, 8 livres t., à payer par son héritier « quand sera en aage de discrétion ».
  • 5- A chacun de ses nepveux, cousins, parents ou affinés ( ? = alliés), 2 sous t.

Héritier (universel)

  • 6- Il institue Flours Del Ranc, sa mère, « maistresse, seigneuresse et gouvernante de tous et chacuns ses biens, sans réddition de compte à personne et qu’elle aide sa femme nourryssant ses enfans au mieux qu’il leur sera possible, à la charge toutesfoys que ladicte Del Ranq sa mère sera tenue de laysser après son décès tous les biens et hérédité à Jehan Peytavi son filz... » qu’il institue son héritier universel.

JPEG - 764.8 ko Si Jehan venait à mourir, sans enfant légitime, il lui substitue Guilhaumette P. , « ensemble ladicte Flours Del Ranq, sa mère, par égales portions  ».
Si Guilhaumette venait à décéder sans enfant, ce qu’il lui a légué [article 3] reviendrait à son héritier, Jehan.

Présents : Me Anthoine Paulet, prêtre et recteur de Cornus [8](signe), Jehan et Estienne Almayracgz, père et fils, Pierre Maury, fils de feu Jehan, laboureur de La Fajolle, et Anthoine Réveilhon, fils de Guabriel (tous quatre et le testateur ne savent écrire).

Le notaire déclare qu’il n’a pu trouver d’autres témoins à « cause que ledict village est despourveu d’abitans comme estant lieu solitaire ».

Pierre Fabre, notaire de Cornus.

V. Jean PEYTAVY, laboureur, marié en 1ères noces par CM du 05.06.1639 (AD12 3E 18998 f° 100 Me Philip FABRY notaire de Cornus) avec Anne GAUJOUX de Roquefort. D’où :

-* Jean PEYTAVY qui épouse en 1683 Catherine CONGRAS de St-jean d’Alcapiès (CM du 24.05.1683 AD12 3E 14646 Me Antoine POMAREDE de St-Affrique).

Et en 2èmes noces par CM du 23.07.1656 (AD12 3E 19144 f° 296 Me Louis SOLIER notaire de Cornus) avec Cécile MAURINE du Viala de Cornus, fille de Jean et de Catherine AMADE (AMAT). D’où :

-* Marie PEYTAVY qui suit.

VI. Marie PEYTAVY,

mariée en 1ères noces par CM du 06.01.1690 (AD12 Me Guillaume MAURIN notaire de Cornus) avec Pierre GALTIER, cardeur à laine, de St-Rome-de-Cernon, fils de Pierre et de Jeanne CROZES. D’où : Pierre GALTIER qui épouse en 1717 Catherine THOURENQUE, fille de feu Pierre THOURENQ et feue Marie DARDILLATTE du lieu de Goujon (Les Costes-Gozon) (CM du 15.04.1717 AD12 Me Antoine TAILLEFER notaire de Cornus).

Et en 2èmes noces par CM du 16.04.1694 (AD 12 3E 16163 Me Guillaume MAURIN notaire de Cornus) avec Jean COMBAL, de Versols, fils d’Estienne, laboureur, et de Catherine RIAQUE (RIAC). D’où :

Marie PEYTAVY décède le 03.09.1739 et avec elle s’éteignent les PEYTAVY du mas de la Fajolle.

Nous verrons dans l’épisode N°6 que la transmission se fera alors, toujours par mariage, mais principalement par les femmes.


[1La filiation de Florette DELRANC s’établit d’une part, par le CM de sa sœur Catherine en date du 31.03.1560 (AD12 3E 18981 Me Antoine de BANIS, notaire de Cornus) et d’autre part, par le testament de son frère François en date du 13.08.1597 (AD12 3E 18990 f° 128, Me Jean FABRY notaire de Cornus).

[2Ce pacte de mariage passé chez un notaire de Neffiès a été conservé à LA FAGOLE par la famille depuis 1639 (voir Portefolio). Malheureusement, il n’est pas complet, un feuillet manque.

[3Cette graphie avec la lettre P, est influencée par l’abréviation grecque du nom du Christ : XP. Voir plus loin une autre graphie Xpt.

[4Repas souvent offert au prêtre célébrant la messe de sépulture, à jeun depuis minuit, surtout s’il vient de loin. Voir J. Delmas, Moeurs et coutumes du Rouergue, tome I, chapitre 17.

[5Pour Aularie, forme locale d’Eulalie.

[6En principe, âge de raison. Mais ici, il s’agit évidemment de la majorité.

[7L’agencement est un augment ou complément de dot, fait par le mari, au moment du mariage. Voir J. Delmas, Op. cit., chapitre 12

[8On peut déduire de sa présence que le prêtre est venu pour lui donner l’extrême-onction.



Portfolio

JPEG - 1 Mo JPEG - 1012.5 ko JPEG - 939.6 ko

Commentaires