Modification de l’interrogation des bases de données

jeudi 7 février 2013

Suite à la mise en ligne des registres BMS et de l’Etat-civil de l’Aveyron, nous avons décidé de modifier l’interrogation de la base de données BMS de notre association.



CECI NE CONCERNE PAS L’UTILISATION DE "GeneaBank" QUI NE CHANGE PAS

Nous rappelons que l’adhésion au CERCLE GENEALOGIQUE DE ’AVEYRON vous donne automatiquement accès à cette banque de données en ligne qui vous permet de consulter au national mais aussi à l’international plus de 73.000.000 d’actes

N’hésitez pas à consulter nos secrétaires aux 05 65 60 07 79 pour tout renseignement complémentaire



En effet, l’interrogation sera faite sur un période de 30 ans et le résultat de la recherche n’indiquera pas la date de l’acte trouvé.

Cette possibilité de recherche avait été mise en ligne afin de vous faire savoir si nous avions, dans nos relevés, l’acte que vous cherchez.

Nous pensons que le travail effectué depuis plus de 25 ans, doit être réservé en priorité à nos adhérents. Il devenait trop facile, grâce à notre travail et à l’indication de la date d’un acte, de le retrouver sur le site des archives, favorisant ainsi les consommateurs au détriment de nos adhérents et de leurs travaux.

Dans cette optique et pour ne pas vous pénaliser, nous allons prochainement mettre en place un système sécurisé, qui vous permettra de pouvoir consulter, de chez vous l’ensemble de notre base BMS, un peu à la manière de "GeneaBank".

En attendant vous pouvez continuer à utiliser "GeneaBank" où l’on trouve plus de 1.200.000 actes filiatifs de notre base de données BMS.

Nous sommes toujours à l’écoute de vos critiques ou remarques, en conséquence cette mesure ne s’applique plus à la base Notaire, qui devrait elle aussi passer par un système sécurisé à terme.


Commentaires

Logo de Suzanne BARTHE
Modification de l’interrogation des bases de données
jeudi 7 février 2013 à 09h47 - par  Suzanne BARTHE

Merci à notre ancien président fondateur Maurice Miquel pour sa brilante intervention... et urtout pour tout le travail qu’il a accompli pour la sauvegarde de tous ces documents anciens qui font la richesse de notre cercle... Je ne parle pas seulement des BMS, mais également des actes notariés, des compois-cadastres et autres terriers...je puis attester que nous en profitons tous les jours... et en particulier actuellement lors de nos recherches pour le livre que nous préparons sur SAINT GEORGES de Luzençon... sans cette équipe d’infatigables chercheurs notre "trésor" n’aurait pas cette importance... qu’ils soient encore une fois remerciés... je pense bien sûr à M et Mme GALTIER, à Bernard BRENGUES, et tant d’autres... Merci à tous... et sachons relever le flambeau... et maintenir bien haut le drapeau de notre cher CERCLE GENEALOGIQUE DE L’AVEYRON...

Logo de MIQUEL Maurice
Modification de l’interrogation des bases de données
mercredi 6 février 2013 à 21h20 - par  MIQUEL Maurice

Chers amis généalogistes, bonjour,
> Je m’étais promis de ne pas m’immiscer dans toutes ces discussions et pourtant je me sens obligé de le faire.
> Tout d’abord je rappellerai que le CGSA a été créé en 1987, suite à la mise en commun de travaux déjà effectués par les membres fondateurs, nous étions 17 la première année.
> En ce qui me concerne j’avais déjà décrypté avant cette date les BMS de St-Georges de 1666 à 1711, (archives découvertes chez un particulier par mon ami Pierre HERAIL) puis celles du Viala du Tarn, d’où sont mes origines, trouvées avec l’instituteur du lieu, entassées en train de pourrir dans une cave, avec les paroisses du Minier, la Rouvière, d’Amalon, St-Symphorien, Coudols, St-Etienne de Meilhas, Puis ce fut Paul QUERBES, qui nous donna les registres de Notre Dame du Désert (de Bors) qu’il avait décrypté, l’abbé VIVIER, St Amans de Bouffiac. Dès 1989 nous embauchions notre première TUC, pour saisir les premiers travaux qui commençait à arriver.
> Entre temps certaines archives, que nos adhérents nous signalaient chez des particuliers, furent récupérées décryptées et versées aux AD.
> Je ne me souviens pas de tout mais je peux dire que c’est chez certains anciens maires ou leurs descendants qui les conservaient chez eux. C’est ainsi qu’un registre de Creissels fut trouvé à Laguiole, nous avons pu récupérer ainsi : St-Germain, St-Crépin, (commune de Laval Roquecezière), la Roque Valzergue, etc ...sans compter les registres notariaux qu’un notaire du coin conservait sans le savoir les minutes des 18 et 19 ème, du Viala du Tarn, Montjaux, St-Beauzély, Castelnau de Lévézou, Estalane, Salles-Curan, Villefranche de Panat, qui une fois décryptés étaient dactylographiés par Madame ABBAL, pour les mettre en forme à la grande joie de nos adhérents.
> Aussi je ne peux m’empêcher de reprendre ce que je disais lors de l’inauguration de notre local au 70 place des consuls en 2000
>
> .................Et enfin il ne faut pas oublier tout le personnel qui s’est succédé dans nos divers locaux (presbytère St-Martin de 1989 à 1991, entreprise de Bernard BRENGUES de 1991 à 1993, impasse du Rajol du 1 janvier l994 au 31 juillet 2000) et ici depuis le premier août dernier. Je pense à toutes les secrétaires qui durant toutes ces années se sont dévouées pour vous accueillir et répondre à vos questions.

> Tout le travail réalisé justifie notre slogan.
>
> SAUVER NOS ARCHIVES
>
> MEMOIRE COLLECTIVE LEGUEE PAR NOS ANCETRES

Depuis ces commentaires de l’année 2000... les travaux des bénévoles du CGSA puis CGA se sont poursuivis gonflant encore nos bases... nous devons être fiers de tous ces travaux et en faire bénéficier en priorité nos adhérents...

Tous nos travaux mis sur fascicules, déposés dans les mairies et aux Archives Départementales servent à de nombreux chercheurs, mais en retour cela ne fait pas adhérer pour autant ces chercheurs à notre cercle, afin de sauver les emplois, (il n’en reste plus que deux, alors qu’il y en avait cinq en 2005), alors je vous dis : ne soyez pas des profiteurs, adhérez....
Bonnes recherches avec nos travaux
Je vous remercie de m’avoir lu.
Maurice MIQUEL, ancien président fondateur.

Logo de Suzanne BARTHE
Modification de l’interrogation des bases de données
dimanche 3 février 2013 à 12h04 - par  Suzanne BARTHE

Chers amis, adhérents ou non adhérents…

Toute nouveauté engendre souvent contestation… et le débat d’aujourd’hui le prouve bien…

Nous devons tous être conscients que la richesse de nos bases est due au patient travail de nos adhérents décrypteurs bénévoles qui travaillent dans l’ombre depuis des années pour mettre leur savoir à la disposition de tous…

La mise en ligne des archives départementale est certes une avancée énorme, mais ce n’est pas cette mise en ligne qui transformera du jour au lendemain le généalogiste amateur en paléographe… il n’est pas donné à tous de décrypter les écritures anciennes… Par contre, il est tout à fait facile, à l’aide de nos bases d’aller chercher un acte bien déterminé sur le site des AD…

Nous ne devons pas oublier que notre association (à but non lucratif) fonctionne certes grâce à nos bénévoles, mais que nous avons également deux salariées : Patricia et Isabelle… qui répondent aux demandes nombreuses et variées de nos adhérents (mais aussi des non adhérents que nous espérons convaincre…). Nous devons être conscients du fait que leur travail (saisie des dépouillements, classement, photocopies, tenue du local, etc.) a un coût… et que nous devons y faire face.

Par ailleurs nos locaux sont ouverts au public avec du matériel informatique (ordinateurs, photocopieuse), mais aussi bibliothèque, etc.… ceci a également un coût… Toutes ces dépenses sont couvertes par vos cotisations. Rappelons que cette cotisation annuelle, qui n’a pas été augmentée depuis de très nombreuses années, est de 35 euros, effectivement de Juillet à Juin de l’année suivante, comme l’année scolaire…Environ 750 d’entre vous payent régulièrement cette cotisation… pourquoi ceux-là et seulement ceux-là auraient à payer pour tous ceux qui veulent uniquement profiter du système….

Nous sommes peut être à l’ère de la consommation à tout va et du tout gratuit…
Mais pour paraphraser : Au lieu de nous demander ce que notre CERCLE fait pour nous, ne devrions-nous pas plutôt nous demander ce que nous faisons pour notre CERCLE… je parle bien sûr pour les adhérents (qui vont comme l’a indiqué Patrick pouvoir bénéficier prochainement d’un système sécurisé qui leur donnera accès à plus d’informations que les non adhérents, ce qui est logique…)

Quant aux non adhérents, qui visitent notre site, nous leur disons REJOIGNEZ NOS RANGS, non seulement nous pouvons vous aider pour la recherche de vos ancêtres, mais également pour l’histoire locale… afin de mieux connaître l’environnement dans lequel ils ont vécu… La généalogie ce n’est pas seulement mettre un nom dans une case… c’est aussi découvrir la vie de ceux qui nous ont précédés…

Par ailleurs nous vous rappelons que nos Assemblées Générales annuelles sont le temps fort de notre association, moment privilégié auquel vous êtes tous les bienvenus…

Cette année nous vous espérons nombreux les 14 et 15 septembre à Saint Georges de Luzençon… un programme riche en visites et découvertes est en train de se mettre en place, ainsi qu’un livre et une exposition…

Notre CERCLE a encore bien des trésors cachés (bien souvent collectés au fil du temps par nos membres fndateurs...)... venez les découvrir...

Vive le CERCLE GENEALOGIQUE DE L’AVEYRON

Suzanne

Logo de Jeunet    Marie-Louise
Modification de l’interrogation des bases de données
dimanche 3 février 2013 à 11h29 - par  Jeunet Marie-Louise

Bonjour Je n’avais pas lu ceci qui va dans le sens que je vous suggérais !
Merci Très bonne idée
ML Jeunet

Nous pensons que le travail effectué depuis plus de 25 ans, doit être réservé en priorité à nos adhérents (cotisation annujelle 35 euros). Il devenait trop facile, grâce à notre travail et à l’indication de la date d’un acte, de le retrouver sur le site des archives, favorisant ainsi les consommateurs au détriment de nos adhérents et de leurs travaux.

Dans cette optique et pour ne pas vous pénaliser, nous allons prochainement mettre en place un système sécurisé, qui vous permettra de pouvoir consulter, de chez vous l’ensemble de notre base BMS, un peu à la manière de "GeneaBank

Logo de François Papin
Modification de l’interrogation des bases de données
dimanche 3 février 2013 à 07h38 - par  François Papin

mille excuses, mais je ne comprends rien à l’objet de l’article.


j’ai déjà dit que plusieurs associations permettent l’interrogation non seulement sur la date, mais aussi sur le lieu de l’acte.
l’absence de l’interrogation par lieu pénalise terriblement tout le monde.


je vois de plus en plus d’actes présents sur Généabank, et je m’en réjouis
pour cela, merci à l’équipe.

Logo de Jean Louis CAZOR
Modification de l’interrogation des bases de données
samedi 2 février 2013 à 22h59 - par  Jean Louis CAZOR

Bonsoir M Ozanne

Je suis content de ne pas avoir été censuré.
Si je parle de bataille des anciens et des modernes je ne suis pas pour autant un adepte du tout gratuit. Pour en avoir longuement discuté je comprends très bien les impératifs d’une association comme celle que vous présidez.

La valorisation de votre trésor passe t’elle uniquement par l’adhésion au CGA ?
J’en doute. Quand on n’habite pas l’Aveyron, comme moi, on achète l’accès aux relevés de notaire en payant l’adhésion. J’ai été membre il y a quelques années uniquement pour cette raison, j’en ai bien profité et je remercie le CGA et ses interlocuteurs pour leur gentillesse.
J’avais adhéré parceque le nombre d’actes que je pouvais récupérer valait largement (à mon point de vue) les 50 € de cotisation.

Je ne suis plus adhérents parce que maintenant pour 3 ou 4 actes par an je ne suis pas prêt à payer 35 € (ou 50€ ?) et en plus de juillet à juin (la c’est vraiment l’ancien temps !).
Mais je serais prêt à payer un acte à l’unité, et je ne suis pas le seul je pense.

Un calcul d’espérance de gain de niveau terminale ES devrait vous permettre de définir le juste prix d’un acte dans l’optique qui est la votre : assurer un bon fonctionnement de l’association et l’emploi de ses salariés.

Les moyens de micro paiements existent aujourd’hui (paypal par exemple) qui facilitent la chose.

Pensez y !

Cordialement

Jean Louis CAZOR

Logo de Jean Louis CAZOR
dimanche 3 février 2013 à 14h08 - par  Patrick OZANNE

Bonjour Mr Cazor

Je ne vais pas reprendre tous les échanges, Suzanne Barthe a fait cela bien mieux que moi.

- Pour la période de cotisation, elle a été choisie justement à cause des grandes vacances, périodes où de nombreux Aveyronnais d’origine reviennent au Pays.

- Pour ce qui est de "vendre" des actes aux non membres, ce n’est hélas pas possible. Pour deux raisons, nos status ne le prévoient pas, et juridiquement nous pourrions être considérés comme des commerçants et être de la sorte assujetti au paiement de la TVA.

Cordialement, Patrick Ozanne

Logo de BENEJEAN Jeanine
Modification de l’interrogation des bases de données
samedi 2 février 2013 à 11h05 - par  BENEJEAN Jeanine

Bonjour,
Votre décision pénalise aussi vos adhérents qui ne sont pas sur Millau et ne peuvent donc plus rien consulter de loin ! dommage ! Les actes notariés ne sont pas en ligne vous auriez pu en laisser l’accés avec les années, au moins cela.
Geneabank c’est bien mais il y a trés peu d’actes sur la base et pas les actes notariés.
Je suppose que vous avez réfléchi à cela.
Bonne journée

Logo de BENEJEAN Jeanine
samedi 2 février 2013 à 14h16 - par  Patrick OZANNE

Bonjour

Détrompez-vous cela ne vous pénalise pas, puisque vous pouvez toujours effectuer une recherche sur l’ensemble de nos bases, le seul détail qui change est de rechercher uniquement sur une période donnée. Mais lorsque l’on cherche une naissance, un mariage, un décès ou un acte d’un notaire, l’on a forcément en tête la période où cet acte a été fait ? De plus cette interrogation ne vous donne pas accès à l’acte, mais vous indique juste si il est dans nos relevés.

Sur "GeneaBAnk" nous avons à ce jour 1.200.000 actes BMS sur les 1.700.000 de notre base BMS, soit plus de 70 %..

C’est pour cela, que comme annoncé, nous sommes en train de mettre en place un nouveau système de recherche qui portera sur l’ensemble de notre base BMS dans un premier temps, et à terme pour la base notaire, mais pour l’instant elle n’est pas compatible.

Cordialement, Patrick Ozanne

Logo de Jean Louis CAZOR
Modification de l’interrogation des bases de données
samedi 2 février 2013 à 10h08 - par  Jean Louis CAZOR

Bonjour

De mon point de vue votre décision est inadéquate (pour rester poli).

Autant je comprend le fait de supprimer l’année de l’acte en résultat de recherche (et encore sans le lieu il est difficile de trouver un acte même sur une AD en ligne)
mais faire une recherche limité à 30 ans supprime justement la possibilité de savoir si vous avez ou non l’acte en particulier pour les notaires.

Autant supprimer complétement l’accès à votre base, le réserver à vos adhérents et finalement à terme tout fermer. C’est à nouveau une bataille des anciens et des modernes et de tout temps on sait qui a gagné ces batailles.

Vous disposez avec les relevés de notaire fait par des gens extrêmement compétents et courageux d’un trésor que vous devriez mettre en valeur et qui justifie à lui seul de devenir membre du CGA..
Avec votre décision il n’est non seulement pas mis en valeur mais carrément dévalorisé.

Pour les BMS c’est un autre problème vu que les bases en accès gratuit (y compris Généanet) concurrencent maintenant très sérieusement vos relevés sans parler du travail en double de vos membres et des autres bénévoles qui alimentent les autres bases.

Je sais que mon commentaire est polémique, je ne serais pas surpris qu’il soit censuré,
mais je tenais quand même à exposer mon opinion.

Logo de Christine BRENTA
dimanche 3 février 2013 à 15h58 - par  Christine BRENTA

Bonjour,

Pour faire court et ne pas encombrer les messages, je suis d’accord avec Marie Louise Jeunet et Jean Louis Cazor .
Je tiens particulièrement que vous gardiez les emplois de la CGA,, mais votre démarche découragera tout le monde, c’est comme un cadenas sur une porte sois disant ouverte mais fermée ou payante..
Personnellement si vous faites ainsi, je ne renouvellerai pas mon adhésion l’an prochain et allant quasi toutes les semaines aux AD, je ne serais pas fort pénalisée et en ferais profiter sans limite tous les colistiers de la LGA ou FDA , CGR etc..
J’essaye depuis que je suis membre du CGA de pousser les généalogistes à se faire membre de votre cercle , ce n’est pas évident et je ne transige pas sur les règles sauf très exceptionnellement avec votre accord, je me prive ainsi
de renseignements précieux que je vais chercher sur place aux AD, si vous ne laissez même pas des pistes( :LA DATE du CM ou du T ou autre Quittance ..) nous n’aurons du coup plus aucun intérêts à payer nos 35 euros annuels plus les centimes d’euros par actes ((que je ne répercute jamais sur les membres de la LGA ou FDA).
Je pense que vous devez réviser votre tactique , sans quoi vous irez sur le mur alors que vous avez un trésor à exploiter.
Cordialement.
Christine BRENTA

Logo de Christine BRENTA
samedi 2 février 2013 à 14h35 - par  Patrick OZANNE

Bonjour

Comme vous le dite si bien, l’énorme travail effectué par nos bénévoles est un trésor qui devrait inciter "vous dite : justifier" à adhérer à notre association, mais c’est rarement le cas.

Nous nous réjouissons bien sur de la mise en ligne des archives de l’Aveyron, que nous appelions de nos vœux depuis longtemps. Mais il ne faut pas oublier le but d’une association, qui est d’offrir à ses membres un service en contre-partie d’une cotisation, c’est notre but également, et il ne faut pas voir ici une bataille des anciens contre des modernes. Pour preuve notre présence sur Internet depuis de longues années (plus de 15 ans) et la mise en ligne sur "GeneaBank" d’une grande partie de nos bases.

Alors le problème est-il seulement la modification de l’interrogation de nos bases de données ? Je ne le pense pas car, malgré la limitation il est toujours possible de savoir si nous avons cet acte dans nos bases, une fourchette de 30 années, même pour un acte de notaire, n’est pas insurmontable, et il ne faut surtout pas oublier le but de ce service, savoir si le cercle a relevé un acte.

Alors tout gratuit, dans l’absolu, oui, mais tout a un coût, même la mise en ligne gratuite des archives (par le biais de nos impôts)

Merci de votre contribution, et pour répondre à la fin de votre message, non chez nous les seuls messages censurés, sont ceux que la morale réprouve, toutes les opinions sont bonnes à entendre.

Cordialement, Patrick Ozanne, président de l’association