ST BEAUZELY Hyppolite BOYER né en 1845

Ce forum doit vous permettre d'échanger, de poser des questions en rapport avec vos recherches en généalogie

Modérateurs : CausseCh, Patrick

patric-boier
Messages : 8
Enregistré le : 28 mai 2018, 22:32

Re: ST BEAUZELY Hyppolite BOYER né en 1845

Message : # 3456Message patric-boier »

Bonjour à tous !
Je rectifie ce que j'ai écrit le 6 novembre dernier au sujet de l'ascendance de Jean Pierre Hippolyte Boyer :
"Et Jean Pierre Hypolite Boyer descendait probablement, quant à lui, du fils le plus jeune de ce même couple, François Boyer (1780-1840). Je dis probablement car, n'ayant pu trouver trace de son mariage avec Françoise Gayraud ( ?- †Azinières, 17/12/1862), je n’ai pas la preuve que le François Boyer décédé à Azinières le 12 octobre 1840 à un âge évalué à 61 ans soit bien le François Boyer qui y naquit le 24 mars 1780 et qui aurait donc bien été dans sa 61ème année en octobre 1840. Disons qu’il y a une très forte présomption pour qu’il s’agisse du même. Quant à son épouse, je n’ai pas trouvé de quelle famille ni de quel lieu elle est issue."

On peut supprimer le "probablement" car l'acte de mariage des grands-parents paternels de Jean-Pierre Hippolyte Boyer existe bel et bien, même s'il ne figure pas sur les relevés du CGA. Il semble que la saisie des actes de mariage pour la commune de Saint-Beauzély et l'année 1813 comporte deux lacunes dans nos relevés : le mariage Jean-Pierre Calmels - Marie Marquès du 26/10 et le mariage François Boyer - Françoise Gayraud du 12/11. Ce dernier acte est consultable sur le site des AD 12 sous la cote 4 E 221-4 Saint-Beauzély, Castelnau, Castelmus M 1813 vue 32. On y apprend que Françoise Gayraud, la grand-mère paternelle de Jean-Pierre Hippolyte Boyer, est "native du village de Teysseyre, paroisse de Curan, le vingt-sept juin mil sept cent quatre-vingt-six, fille d'Alexandre Gayraud, cultivateur habitant du lieu de St-Laurens, ici présent et consentant, et de fue Marie Raynal décédée audit St-Laurens le onze juillet mil huit cent neuf [...]"

Pourquoi ne trouve-t-on pas le baptême de Françoise Gayraud dans nos relevés ? Tout simplement parce que ce baptême n'existe pas, du moins sous ce nom ; elle a été baptisée par le vicaire de Curan à la date indiquée ci-dessus sous le seul nom de "Françoise, née de père et mère inconnus". (On peut trouver raide que le vicaire, qui n'avait que 630 paroissiens, ait fait semblant de ne pas savoir qui était la mère, mais bon, passons !)
Pourquoi s'appelle-t-elle Gayraud alors, au moment de son mariage en 1813 ? C'est parce que deux ans et demi après ce baptême, le 19 novembre 1788 exactement, à Saint-Laurent-du-Lévézou, un certain Alexandre Gayraud, de Saint-Laurent, épouse une certaine Marie Raynal, de Teysseyre, Curan. Et ils légitiment à ce moment la petite Françoise "née environ le vingt-sept juin mil sept cent quatre-vingt-six".

Voilà au moins un mystère en partie éclairci !
Et si, au vu des actes, un doute peut subsister sur l'ascendance Gayraud, l'acte de mariage de 1813 confirme au moins l'ascendance Boyer.

elisabeth
Messages : 192
Enregistré le : 11 janv. 2008, 20:40

Re: ST BEAUZELY Hyppolite BOYER né en 1845

Message : # 3480Message elisabeth »

Bonjour à tous

:arrow: Serge Dole du Fil d'Ariane ANOM vient de répondre à ma demande de lecture du "dossier individuel du condamné" :D . Qu'il en soit remercié ainsi que l'association du Fil d'Ariane, leur travail est irremplaçable ! BRAVO :!:

Mais pour notre Hippolyte BOYER notre dossier est malheureusement bien maigre : une chemise à son nom ne contenant qu'une seule feuille un "extrait des minutes du greffe de la cour impériale de MONTPELLIER" reprenant l'arrêt de la cour d'assises du département de l'Aveyron et fournissant le signalement du condamné. Je tiens des copies de meilleure qualité à disposition, mais cela n'apprends rien de nouveau à notre affaire. :(
IMG_9789.jpg
IMG_9789.jpg (94.96 Kio) Vu 446 fois
IMG_9790.jpg
IMG_9790.jpg (65.9 Kio) Vu 446 fois
IMG_9791.jpg
IMG_9791.jpg (63.37 Kio) Vu 446 fois
Cette étude de cas nous aura quand même permis de découvrir l'histoire officielle, parfois pas très réjouissante pour les autochtones, de la Nouvelle-Calédonie, également celle du bagne, et surtout d'apprendre à utiliser le magnifique site des archives nationales d'Outre-Mer.

A très bientôt pour de nouvelles enquêtes :D

Elisabeth Rouvier Pons

Répondre