Généalogie et Santé

lundi 26 mai 2014
par  Patrick OZANNE

Conférence "GÉNÉALOGIE et SANTÉ" donnée au Salon Généalogique de l’Aveyron, le samedi 12 avril 2014 par Gandha CONDROYER

Conférence "GÉNÉALOGIE et SANTÉ" donnée au Salon Généalogique de l’Aveyron, le samedi 12 avril par Gandha CONDROYER, Thérapeute en Décodage Biologique et Psychogénéalogie

Parallèlement à la désintégration de la cellule familiale et à l’isolement de l’individu, on assiste à un intérêt sans précédent pour la généalogie. En effet, face à une perte de repères, la GÉNÉALOGIE permet de retrouver son histoire familiale, de retrouver ses racines, de se retrouver soi-même.
La PSYCHOGÉNÉALOGIE est issue de la synthèse des recherches d’Anne Ancelin Schutzenberger dans son livre référence " Aïe mes aïeux ! " - et de nombreux chercheurs passionnés à sa suite. Ces recherches ont permis de dégager à partir de l’éthologie, de l’embryologie, de la psychologie, de la généalogie et de nombreuses autres sciences, les lois qui traduisent la circulation des mémoires familiales dans un clan.

Exemple 1 Claire : "Ma fille est née le jour du décès de son grand-père".
"Ma fille de 4 ans souffrait d’asthme et se réveillait régulièrement la nuit en faisant des cauchemars, raconte Claire. Au cours d’un séminaire de Psycho-généalogie, j’ai évoqué ce problème. La thérapeute m’a demandé si j’avais de la famille du côté de Verdun. Elle m’a conseillé d’aider ma fille à dessiner ses cauchemars. Ma grand-mère habitait encore Verdun, je le savais. Mon Grand-père était mort pendant la guerre de 14-18, je le savais aussi. Mais, en établissant notre arbre généalogique, j’ai découvert qu’il a été gazé par les allemands dans les tranchées à Ypres, le 26 avril 1915. Or ma fille était née…un 26 avril. J’ai été stupéfaite par cette concordance de dates. Et plus encore lorsqu’elle a réussi à dessiner son cauchemar répétitif : une sorte de monstre portant un masque de plongée avec une trompe d’éléphant. Une représentation de masque à gaz ! Je lui ai raconté l’histoire de son arrière-grand-père, puis nous sommes allées sur sa tombe, avons rendu visite à ma grand-mère…Chose encore plus incroyable : les cauchemars ne se sont plus jamais reproduits ; Et les symptômes de l’asthme ont complètement disparu".

Exemple 2 Charles : "Syndrome d’anniversaire et loyauté familiale invisible".
Charles a un cancer des testicules. Il a 39 ans ; il travaille. Il se fait opérer, il va bien. Tout cela est normal et habituel. 6 mois après, il fait une rechute avec des métastases aux poumons. Mais il refuse la chimiothérapie ; il refuse tout traitement, son état empire, et quelques mois après il va mourir si on n’intervient pas. On tente de le soigner, mais il refuse. On essaie de voir la situation ; il est marié, il a une fille de 9 ans, il aime sa femme et son métier, c’est une famille savoyarde ; il est gravement malade.
On se demande pourquoi il a accepté l’opération, la chirurgie, et pourquoi il refuse la chimiothérapie et tous les soins.
On établit avec lui son génosociogramme :
On commence par lui et ce qu’il dit de sa famille, on le retranscrit devant lui, avec lui et pour lui, en arbre généalogique commenté…un génosociogramme.
Son père a 70 ans, sa mère 69 ans ; son père est boucher il va bien. Là si on remarque que son père est boucher et qu’il a accepté l’opération, c’est qu’il croit à l’usage du couteau ; il accepte d’être opéré chirurgicalement, par un couteau, un scalpel. Ça concerne l’opération de ses testicules. Mais alors, pourquoi refuse-t-il ensuite de continuer à se soigner ? On ne comprend toujours pas pourquoi il refuse la chimiothérapie, pour se soigner de son cancer des poumons ?
On remonte plus haut dans son arbre généalogique : son grand-père est mort, à 39 ans, d’un coup de pied de chameau aux testicules- on n’invente pas ces choses ! Les coups de pied de chameau ne sont pas héréditaires ! ! !
Génosociogramme de Charles
On remarque donc qu’il s’apprête à mourir au même âge que son grand-père et qu’il est atteint dans son corps au même endroit : il est atteint aux testicules, à l’endroit exact où son grand-père paternel a été atteint et dont il est mort, en loyauté familiale invisible et inconsciente !
On continue sa généalogie, du côté de sa mère : sa mère aussi a été orpheline jeune. Le père de sa mère, c’est-à-dire son grand-père maternel est mort à 39 ans et ½ , gazé (pendant la guerre de 14-18), atteint aux poumons. On constate là, que lorsque les gens se marient, c’est par atomes crochus inconscients, et que les deux familles du couple apparaissent comme en miroir ; ils épousent des conjoints ayant la même constellation familiale que leur constellation familiale d’origine, ou ayant les mêmes maladies, ou les mêmes prénoms, ou les mêmes traumatismes d’enfance.
Reprenons l’histoire de Charles ; sa mère était orpheline jeune ; son père était orphelin jeune - à 9 ans ; les 2 grands-pères sont morts à 39 ans ; le grand-père maternel étant gazé - atteint aux poumons - cela ne nous parait plus si étonnant de voir que Charles, quand ses poumons sont atteints, refuse la chimiothérapie établie à partir d’un dérivé du gaz moutarde, le même que les allemands utilisaient pendant la guerre, à Ypres et à Verdun, en 1915 !
Charles est atteint aux mêmes endroits du corps que ses 2 grands-pères (testicules et poumons) ; il marque par une loyauté familiale inconsciente, la mort de ses 2 grands-pères, au même âge que l’un et l’autre. Dans la structure familiale, le grand-père est mort à 39 ans avec un enfant de 9 ans ; et lui s’apprête à mourir à 39 ans en laissant un enfant orphelin de 9 ans et une femme veuve jeune… La structure familiale est identique à celle des grands-pères !.
Par la Psychogénéalogie, Charles va changer son script de vie perdant (mort jeune, en laissant un orphelin) en script de vie gagnant : Il peut aimer et honorer ses grands-pères, sans mourir comme eux au même âge !!!

En éclairant nos fidélités familiales invisibles et nos mémoires transgénérationnelles, la PSYCHOGÉNÉALOGIE permet d’expliquer et de dépasser nos maladies, accidents, dysfonctionnements personnels et familiaux. Ce retour à la filiation est restaurateur d’un courant organisateur naturel : les blessures transgénérationnelles pansées, les ignorances levées, permettent des libérations et des redémarrages de vie spectaculaires !

Gandha CONDROYER


Commentaires