Un valeureux soldat ardennais blessé au siège de Sébastopol

mercredi 3 février 2021
par  Suzanne BARTHE

Voici une petite histoire, transmise par notre ami et adhérent Michel TERRAL, pour lA rubrique "au fil des actes"

Mon grand-père Raphaël Terral avait épousé Jeanne Courtois, ardennaise originaire de Donchery près de Sedan.

Son grand-père, Pierre Aimé Courtois était connu dans la famille sous le sobriquet de "mal d’aplomb". Je me doutait bien qu’il devait boiter, mais d’où lui était venu cette infirmité ?

C’est grâce à mon beau-frère, officier, et aux archives militaires de Vincennes, que j’ai eu la solution. Pierre Aimé s’engagea à 21 ans au 5ème régiment de ligne et participa à la guerre de Crimée (1853-1856) où il fût gravement blessé au cours du siège de Sébastopol au niveau de la cuisse gauche par un éclat d’obus qui entraîna une fracture du fémur.

A l’époque, ce genre de fracture était traitée par une immobilisation avec consolidation dite "en baïonnette" avec raccourcissement du membre inférieur.

Rapatrié en France avec une pension de 600 francs (germinal) pour gravité de 6ème classe, il se fixe à Hayange où il se marie et exerce son métier de cordonnier.

Après la défaite de 1870, il opte pour la France et revient dans son village natal de Donchery où il est mort le 9 mars 1905 à 73 ans.

Cette histoire montre qu’en généalogie on peut retracer la vie d’un ancêtre avec un peu de patience. Ma grand-mère l’avait bien connu puisqu’elle avait 14 ans quand il est mort.

Michel TERRAL




Commentaires