Testament d’Hugues Fabreguettes, de Crouzets (1572)

Généalogie de la famille FABREGUETTES de CORNUS
dimanche 25 septembre 2022
par  Jean DELMAS, Monique BRUNEL , Suzanne BARTHE

Monique BRUNEL nous avait proposé en 2016 la généalogie des FABREGUETTES des CROUZETS de Cornus.
Grâce à l’aide de M. Jean DELMAS, que nous remercions, nous vous présentons aujourd’hui le très intéressant testament d’Hugues FABREGUETTES laboureur des Crouzets en date du 15.10.1572 - AD 12 3E 19110 Me Jean SOLIER notaire de Cornus.

JPEG - 203.4 ko [fol. 31] 1572, 15 octobre
Hugues Fabregettes, laboureur du village de Crozetz, juridiction du château de Sorgue, diocèse de Vabres, sénéchaussée de Rouergue, [fol. 31 vo] en « griefve disposition de son corps », en raison d’une maladie de laquelle il craint mourir, « si Dieu par sa bonté ne lui envoie santé  ». Il dicte son testament comme suit.

  • Il s’est muni du signe de la Croix, disant : « Au nom du Paire, du Filz et du Sainct Esperit  », et a recommandé son âme à Dieu le Père tout puissant et à la glorieuse Vierge Marie et à toute « la court sélestiale de Paradis », etc.
  • Son enterrement se fera dans le cimetière de l’église paroissiale de Saint-Martin de Canalz, tombeau de ses père et mère « et autres parentz et amys dessédés ».
  • [fol. 32] - Le jour de sa sépulture, que soient convoqués neuf prêtres. On [son héritier] donnera à chacun 2 sous t., sans réfection corporelle.
  • Le jour de sa neuvaine, que soient convoqués onze prêtres. On donnera à chacun 2 sous t., sans réfection corporelle.
  • Au cap d’an [1]. que soient convoqués quinze prêtres. On donnera à chacun 2 sous t. et la réfection corporelle. « Que soient teneulx dire et sélébrer messes pour le testateur et son âme  ».
  • A la caritat communal  [2]. de la dite terre, on donnera « une carte [3] froment », payable dans les quinze jours suivant son décès.
  • Il lègue au prêtre qui célébrera la messe chaque dimanche à Canals, « pour la remembranse [4] de son âme » une carte froment, payable dans l’an suivant son décès.
  • [fol. 32 vo] - A Charles Fabreguettes, son enfant [5]plus jeune et de Pasqualle Micquelle, sa femme, 100 livres, soit 50 livres payables le jour de son mariage, puis 3 livres chaque année suivant, à la Saint Julien.
    Plus deux linseulx et une flessade [6]., payables le jour de son mariage.
  • A Roze Fabreguettes, sa fille, 120 livres t., payables le jour de son mariage, soit 60 livres payables le jour de son mariage, puis 1 livre 10 sous t., chaque année suivant, à la Saint Julien.
    Plus quatre « roubes drap de maison » et deux de «  couleur du drap du présent pays », payables les deux de couleur et une de maison le jour de son mariage et les trois autres « de jour en jour, à la volonté des mariés ».
    Plus quatre linseulx, payables le jour de son mariage.
  • [fol. 33] 12-A Bérangier Fabreguettes, son enfant, 100 livres, soit 50 livres payables le jour de son mariage, puis 3 livres chaque année, à la Saint Julien.
    Plus deux linseulx et une flessade, payables le jour de son mariage.
  • A Antoine Fabreguettes, son enfant, 100 livres, soit 50 livres payables le jour de son mariage, puis 3 livres chaque année, à la Saint Julien.
    Plus deux linseulx et une flessade, payables le jour de son mariage.
  • Marguerite Fabreguettes, femme de Pierre Rouch, [fol. 33 vo] fils d’autre du lieu de Canals 50 sous outre sa dot.
  • A Flourette Fabreguettes, sa sœur, femme d’Hugues Micquel, du village de Cabanes, 5 livres t., payables « de jour en jour  », à sa volonté, après son décès.
  • A Françoise, Magdeleine, et Pasqualle, filles dudit Hugues Micquel et de la dite Flourette, sa sœur, 5 livres à chacune, le jour de leur mariage.
  • A chacun de ses parents qui pourraient prétendre quelque droit en ses biens 2 sous 6 deniers t.
  • Que ladite Pasqualle, sa femme, soit nourrie, vêtue et entretenue sur ses biens [fol. 34], selon la qualité de sa personne et qu’elle ait « le gouvernement de ses biens, sans rendre compte... » Et au cas où elle ne pourrait s’accommoder avec son héritier, il lui donne un champ au village de Crozetz, appelé le Champ Rouch  ; qu’elle puisse le donner à son décès à un de ses enfants ou filles ; de toutes façons, qu’elle puisse le confier à Micquel Micquel et Hugues Micquel, ses frères, du village de Cabanes, afin qu’ils assurent sa nourriture, en cas de besoin, etc.
  • Son héritier universel est Pierre Fabreguettes « son enfant plus vieulx » et de ladite Pasqualle.
  • [fol. 34 vo] - Ses exécuteurs testamentaires sont lesdits frères Micquelz qui veilleront au paiement exact de ses legs.

JPEG - 264.4 ko [fol. 35] Fait au village de Crozetz, maison du testateur « estant illec couché en un lict de paille  », près du feu.

Sept témoins [7], dont les noms ne sont pas toujours immédiatement identifiables : Estiene Crozet, laboureur de Crozetz, Guy Roudier, Guy Nozeran (?), de Cornus, Anthoine Bes, Raimond…, mulatier dudit lieu, Hugues..., brassier, natif du Viala du Pas de Joulx, Estiene Calmelhs, brassier de Cornus.

Aucun ne sait écrire, ni le testateur. Jehan Soulier , notaire de Cornus.


[1Anniversaire

[2œuvre de charité de la communauté

[3A Cornus, la quarte était de 11 litres 80.

[4Rappel, lors de la messe, du nom d’un défunt pour lequel le prêtre demande de prier.

[5Désigne le garçon. Sur l’usage de ce mot, voir J. Delmas, Moeurs et coutumes du Rouergue, III, 2018, p. 173-174.

[6Draps et couverture

[7Dont les noms ne sont pas toujours clairement identifiables ; on doit pouvoir les identifier en explorant le registre du notaire Jean Soulier.



Portfolio

JPEG - 747.8 ko JPEG - 752.8 ko JPEG - 757 ko JPEG - 615.1 ko

Commentaires